Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 18:41
Samedi 16 Mai 2009 ( suite )

  Over-blog m' a fait remarquer qu'il était temps d' écrire un nouvel article, j' ai dépassé le nombre de caractères autorisés.
  Pour comprendre ce texte veuillez vous reporter à la date du 16 Mai de l' article précédent.

La démultiplication totale est de 11.25 ce qui devrait suffire pour une vitesse  500-600 tr/min. L'autogire ainsi pré-lancé affiche sur la balance 3.680 Kg mais il reste encore à retirer le câblage et le contôleur. Je ne sais toujours pas quelle solution je vais retenir,  moteur monté près du rotor ou au sol, les essais me donnerons la réponse.
     
Revenons à nos moutons. Le second principe de pré-lancement du rotor me parait plus pratique surtout que dans un petit coin de ma tête une idée de décollage sauté fait lumière. J' imagine une base au sol toute automatisée et un autogire qui décolle à la verticale dans un mouchoir de poche. C' est un challenge qui mérite réflexion ...ne nous égarons pas, tout
d 'abord le  BR01 doit voler.
    Je dois prévoir un système qui permette un pré-lancement au sol sans gêner le roulage de l'autogire. Le moteur pré-lanceur devra s'effacer au passage de l'axe des roues, il doit aussi se désolidariser du tube carbone axe de transmission. Je ne sais pas comment l'autogire va réagir avec un tel système, pour le valider il faudra que je sois entièrement satisfait, c' est un prototype n 'oublions pas.

Voilà pour aujourd' hui .....demain est un autre jour...la pensée philosophique :

Si tu ne sais pas où tu vas, retourne toi et regarde d' où tu viens, ensuite poursuis ton chemin.....à méditer

@plus


Lundi 18 Mai 2009

    Mon mécanisme de pré-lancement rotor au sol prend forme.

P5180333a.jpg

Le système est parlant, le moteur ainsi que le réducteur sont fixés sur deux cornières qui elles s'articulent autour d'un axe à droite sur la photo. Un loquet à gauche bloque la chute de cet ensemble, la fonction du servo est de tirer le loquet afin de faire chuter le moteur avec son réducteur.

P5180334a.jpg

On voit sur cette image l'ensemble qui a basculé, il faudra prévoir une mousse pour amortir le choc. Je n ai pas encore relié le servo au loquet.

P5180332a.jpg

Tout le mécanisme est fixé sur une planche, l' autogire peut circuler librement, il y a une grande marge de manoeuvre.

P5180326a.jpg

On distingue mieux sur cette vue le loquet sur lequel repose le réducteur .La course du loquet est limitée vers la droite afin de le positionner très exactement, on remarque qu' il pivote autour d' un axe en laiton. Dans cette position l 'arbre de transmission en carbone est enclenché, il transmet son mouvement de rotation au rotor au sommet du mât.

P5180327a.jpg

Le loquet bascule, l' ensemble pré-lanceur chute, l'axe de transmission se désengage du réducteur mais reste en place le long du mât et par son propre poids se désaccouple du pignon rotor. Cette manoeuvre se fait automatiquement au moment de faire tourner le moteur principal à pleine puissance. Il faut bien sûr un deuxième récepteur, le servo sera branché sur le même canal que le moteur principal. J' ai testé brièvement ce pré-lanceur avec le rotor sans les pales, il tourne comme il faut, en tirant le loquet, le pré-lancement se désactive et l'arbre de transmission se déboîte de l'engrenage rotor mais reste en place le long du mât dans les guides. Attention il faut absolument prévoir une mousse sous le réducteur afin d' amortir le choc.... Le principe de ce pré-lanceur est identique à celui de la tapette à souris..comme quoi on n'invente rien..!!.
Je n'ai pas encore réalisé le système qui coupe automatiquement l' alimentation du moteur pré-lanceur....les journées sont trop courtes !! Il me reste à tester ce pré-lanceur avec les pales montées, je suis curieux de voir le comportement du BR01, le rotor va-t-il atteindre la vitesse de 500 tr/min ? l' autogire va-t-il encaisser sans broncher ? il n'y a que le test qui . me le dira.
  Voilà pour aujourd' hui ....demain est un autre jour....la pensée philosophique :

Lorsqu' on prétend grimper au cocotier, mieux vaut avoir la culotte propre........à méditer. @ Plus


Mardi 19 Mai 2009

     Hier je n'ai pas pu  montrer le montage de l' arbre de transmission car la réalisation était en cours. Voici donc quelques photos.
P5190336a.jpg

Dans cette position l' arbre est désengagé du pignon, il ne peut pas glisser, une bague d'arrêt le maintient à cette distance, le rotor peut donc pivoter comme bon lui semble.

P5190337a.jpg

Comme ceci l'arbre est en prise avec le pignon, il entraîne le rotor. Sous la bague d' arrêt un guide en Delrin offre aussi un bon  alignement coaxial. Le jeu entre l 'arbre et le guide est d' 1/10 mm, ce jeu est intentionnel, ceci dans le but
d' éviter tout frottement. Le guide est maintenu dans son support alu par un circlips.

P5190339a.jpg

A l' autre extrémité de l'arbre se trouve le second guide, le montage est identique au premier. Chaque support de guide est fixé sur le mât par deux vis M3, il y a un bon alignement, l' arbre de transmission tourne très librement.
J' ai fait un test avec le moteur pré-lanceur( rotor sans les pales ), ça fonctionne à merveille , pas de point de chaleur, donc pas de frottement.

Sur la photo on remarque  que la cordelette du loquet rotor manque, cela signifie qu'il y a de fortes chances que
j'abandonne l 'ancien système de pré-lanceur préférant de loin la dernière solution, c'est à dire le pré-lanceur au sol. Cette version a bien des avantages, en premier l'autogire fait une cure d'amaigrissement, il est plus léger, plus de moteur, plus de contôleur, moins de câble, tout ça reste au sol. En second, par ce gain de poids, il m' est possible de rajouter un accu supplémentaire ( 2 éléments lipo ) au moteur principal , ce qui se traduit par une tension plus élevée donc une plus forte poussée moteur. Je n'ai pas eu le temps de faire le test avec les pales montées....il y a une raison pour cela.
     Demain je pars à nouveau en Ardèche pour  2 semaines minimum, il se peut que selon les travaux de mon garage je reste plus longtemps.
Conclusion, la suite de la construction de l' autogire est remise à une date ultérieure.

Voila pour aujourd' hui ...... demain est un autre jour....la pensée philosophique :

Oui, les vaches ont du lait mais les tôles ondulées aussi......à méditer....@ plus  au plus tôt le 4 Juin
Ich bin bis mindestens 4. Juni abwesend !


Jeudi 4 Juin 2009

     Je suis de retour d' Ardèche, la construction de l' autogire va se poursuivre. Je me suis décidé à adopter la deuxième solution, c'est à dire le moteur pré-lanceur au sol. Par le  gain de poids obtenu je peux rajouter un accu lipo à deux éléments. N'ayant plus d' utilité, il me faut supprimer, le moteur pré-lanceur, les câbles de liaison moteur, le contrôleur, le mécanisme du loquet avec sa cordelette. Dans cette nouvelle configuration le centrage de l' autogire est à refaire, un nouveau support d' accus doit être réalisé pour contenir les 8 éléments lipo et son positionnement est à redéfinir. Les avantages sont nombreux, gain de puissance pour le moteur principal, gain de poids compensé par un accu supplémentaire à deux éléments, base de pré-lancement automatique au sol, moins de chaleur à dissiper par le régulateur 5V qui va se nourrir sur l'accu à deux éléments. Que de travail pour en fin de compte choisir une autre solution de pré-lancement, n' oublions pas que le BR01 est un prototype, les modifications viennent en cours de chemin.

 Voila pour aujourd' hui......demain est un autre jour...la pensée philosophique :

Les lettres anonymes ont le grand avantage qu'on n' est pas forcé d'y répondre.....à méditer.  @ plus


Samedi 6 Juin 2009

      Après avoir pris la décision d'adopter la seconde solution de pré-lancement j'ai démonté tout ce qui ne m'est plus utile, c'est à dire les pièces citées le jeudi 4 juin. J' avoue que j' ai eu un petit pincement au coeur, on pouvait même le distinguer sur mon visage !! .Le travail effectué n'est pas perdu, la première solution fonctionne très bien, le seul problème c'est le poids embarqué inutilement pendant le vol. Il a fallu réaliser un nouveau porte-accus et surtout le positionner de telle sorte que le centrage reste correct. Vu le poids de 187g de l'accu supplémentaire un déplacement vers le mât central des accus devenait nécessaire pour revenir à un bon centrage. Suspendu par l'axe du rotor, le mât central est à nouveau parallèle au montant de porte de mon armoire, elle même bien d' aplomb.

P6060341a.jpg

Le câblage a été refait ainsi que la fixation du contrôleur.Pour couper l'alimentation de l'autogire il suffit de débrancher le connecteur rouge sur le haut de l'image, il n'y a aucun interrupteur.
Curieux de savoir le poids de la bête prête à voler, j'ai monté les trois pales, verdict de la balance.. 3.670 g, valeur honorable sachant le poids de l' accu supplémentaire. Dommage que le contrôleur et le moteur principal soient montés, un test de poussée et de consommation avec une tension supérieure de 7.4 V serait très instructif.
Comme les pales sont montées pourquoi ne pas tester le pré-lancement avec la  nouvelle réduction à engrenage conique.
Le rapport de réduction au rotor est 16/60 et de l' engrenage conique 15/45 soit une démultiplication totale de 11.25.
Le pré-lanceur au sol est branché sur un second récepteur, le moteur est alimenté par un accu de 12 V. Lentement je donne de la puissance, les pales tournent, je pousse encore le curseur de mon émetteur, ça va de plus en plus vite, ça déménage, l'autogire est bien fixé sur la table, moi je suis accroupi au sol, de la main gauche j' égrène mon chapelet en espérant que rien n'explose. A  510 tr/min le curseur est à mi course, j' abandonne, des vibrations se manifestent et surtout le courage me manque pour pousser à fond.Il faut dire que dans une pièce, même de 40m2, et des pales de presque 2m de diamètre qui rasent des obstacles, ça fout la trouille. J' en vois qui se marrent et se moquent, faites gaffe je prends des noms !!!
Quand le moteur pré-lanceur tourne il me produit des parasites sur les servos de l'autogire, je n'aime pas ça du tout, il va falloir que je trouve la source de ces ennuis. Le système de décrochage de l'entraînement du rotor n'est pas encore tout à fait au point, l'angle axe engrenage conique et axe de transmission tube carbone est à revoir. En effet en libérant le loquet qui devrait faire chuter l'ensemble pré-lancement au sol, rien ne se passe, la partie six pans reste bloquée dans la tête de vis. Il y a encore du boulot, je dois trouver la solution pour contrer toutes les vibrations engendrées par le pré-lancement( Je n'ai pas encore équilibré les pales ) .
Quand il y a action, il y a réaction, l' autogire a tendance à tourner à l'opposé du sens de rotation des pales ce qui s'explique très bien. C 'est un nouveau problème que je dois résoudre, l'autogire doit rester en place sans dévier de son axe pour un bon fonctionnement du pré-lanceur.

Voilà pour aujourd' hui....demain est un autre jour...la pensée philosophique :

Un banquier vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le réclame dès qu' il commence à pleuvoir.....à méditer.

@ Plus.
 

Lundi 8 Juin 2009

     Je viens de comprendre pourquoi le système de décrochage de l' axe de transmission ne fonctionnait pas correctement. Dès qu' il y a une force de rotation sur l'axe de transmission ( tube de carbone ) les six pans en bout de tube ne sortent pas de leur logement, c'est à dire les têtes de vis six pans creux. Pour un bon fonctionnement, le moteur pré-lanceur doit être totalement désengagé des engrenages, dans cette condition l'arbre de transmission se libère sans problème. Le système actuel avec les pignons coniques ne permet pas une telle modification.....alors on recommence tout.!!! Je me suis mis aux machines pour réaliser une nouvelle version , j' en ai profité pour modifier le rapport de démultiplication qui devient 16/60 et 12/60 soit 18.75 valeur plus confortable pour un démarrage plus soft.

P6080342a.jpg

Voici l'ensemble des pièces, le principe est simple, le moteur est fixé sur plaque de PVC et glisse latéralement sur les glissières PVC noir. Un ressort maintient les engrenages désengagés, il suffit de les mettre manuellement en prise , un loquet les maintient dans cette position. Le moteur peut entraîner l'axe de transmission et le rotor, en tirant sur le loquet les engrenages se désengagent l'arbre de transmission tourne librement. Un mécanisme pas encore développé doit au même moment faire chuter l'ensemble pour libérer l'axe de transmission afin de libérer le passage de l'autogire.Toutes ces opération se feront automatiquement au moment de mettre les gaz du moteur principal
L'axe de la couronne de 60 dents est usiné dans une vis M8 à tête six pans creux afin de tenir dans les roulements 6/19

P6080343a.jpg

Le montage est effectué, un écrou Nyl-Stop permet d' ajuster le jeu fonctionnel des roulements.

P6080344a.jpg

Voici la vue de dessus, les engrenages sont désengagés, tout à droite une vis dans la partie grise du tiroir en PVC permet l'accroche d'un ressort qui maintient le moteur dans cette position. A la main il suffit de mettre en prise les deux engrenages, le loquet, pas encore réalisé, prendra appui sur la tête de vis à gauche et bloquera ainsi les deux engrenages.Je pense profiter de la partie du tiroir en PVC gris à gauche de la photo pour réaliser le système de chute de l'ensemble.

P6080347a.jpg

Le montage de l'ensemble pré-lanceur au sol est terminé, le pivotement se fait à droite par deux rotules. Maintenant je dois cogiter un système qui fasse chuter cette ensemble pour libérer l'axe de transmission et laisser passer l'autogire au moment même de donner les gaz au moteur principal.

Voilà pour aujourd' hui.....demain est un autre jour.......la pensée philosophique :

Les femmes seront égales aux hommes le jour ou elles accepteront d' être chauves et de trouver ça distingué..
...à méditer.
@ plus.


Mercredi 10 Juin 2009

     Bonne nouvelle, la mécanique du pré-lanceur est définitivement terminée et ça fonctionne à merveille. Je me suis creusé les méninges à force d' obstination et de ténacité la solution est trouvée.Tout est automatique, il suffit de déplacer un chouia la manette des gaz du moteur principal pour que tout se mette en branle. Les engrenages se désolidarisent et dans le même laps de temps la chute de l'ensemble s' exécute.. c'est pas beau la mécanique ? Quand on voit le principe ça paraît simple mais il fallait le trouver..je fais de l' auto-félicitations !!!.

P6100348a.jpg

Comment ça fonctionne ? le servo pousse le loquet en position engrenages en prise, le loquet se déplace guidé par deux vis, dès que la tête de vis qui bloque les engrenages n'est plus maintenue, le ressort tire le tiroir sur lequel est fixé le moteur. Les engrenages se désolidarisent, en même temps le tiroir (à gauche) libère la pièce qui maintient l'ensemble en position haute..la chute est inévitable.

P6100350a.jpg

L' ensemble vient de chuter, il manque la mousse pour amortir le choc. Le servo est placé de manière à pouvoir continuer sa course librement. Le tiroir à gauche s'est effacé du fait de la traction du ressort. On remarque un nez sur la plaque grise de PVC, cette partie permet, au moment de la chute, de donner un élan pour que la pièce se mette dans cette position afin de laisser le passage à l' autogire La vis qui dépasse à gauche sur le bloc alu permet de réarmer manuellement le pré-lanceur.
Voilà la mécanique est faite, maintenant il va falloir prévoir la coupure automatique de l' alimentation générale du moteur au moment de la chute. Un relais automobile à fort ampérage va faire l 'affaire, un micro interrupteur, commandé par la chute, coupera la tension du relais qui lui se charge de tout couper. Ce que je dois prévoir aussi c'est la base de pré-lancement qui elle a pour fonction de positionner l'autogire très exactement pour que l'axe de transmission soit bien centré et que l'autogire ne puisse bouger au moment du lancement du rotor.
J'ai fait un test avec le rotor sans les pales, tout marche pile-poil, la vitesse mesurée avec un facteur de réduction de 18.75 est de 690 tr/min le moteur est alimenté en 12 V.

Voilà pour aujourd' hui ...demain est un autre jour.....la pensée philosophique :

J 'adore me donner des coups de marteau sur les doigts car quand je m'arrête ça fait énormément de bien...à méditer.
@ plus.

Samedi 13 Juin et Dimanche 14 Juin 2009

    Depuis deux jours j'occupe mon temps à réaliser le circuit d'alimentation du pré-lanceur ainsi que la base de positionnement au sol. Le circuit est simple, un relais se charge de donner ou de couper le courant au moteur prélanceur ainsi qu'au  récepteur.

P6130353a.jpg
Le microrupteur est le maître à bord, contact fermé le relais est alimenté qui lui fait contact aussi , le contrôleur à son tour est alimenté par l'accu de 12 V. A l' inverse, dès que le contact du microrupteur est ouvert plus rien n'est alimenté.

P6130356a.jpg

Le relais utilisé vient de l'automobile il encaisse 25 A,  on le voit sur la base au sol à côté du récepteur. Les deux fils, rouge et noir, à droite sur la photo, vont vers l'accu de 12 V.

P6130361a.jpg

Le micro rupteur est placé à droite, quand le bras du servo se déplace sur la gauche il entraîne le loquet , les engrenages se désolidarisent, le tiroir coulisse par la force de traction du ressort et vient prendre appui sur le micro rupteur qui aussi sec coupe l'alimentation de tout l' ensemble. Toutes ce opérations se font pendant la chute du pré-lanceur qui s'efface et libère l'axe de transmission au moment de déplacer la manette des gaz de la radio-commande. On ne s'occupe de rien tout est automatique, l'autogire peut décoller, le pilote, l'esprit tranquille, peut se concentrer sur le vol.

P6130355a.jpg

Voici le pré-lanceur prêt à faire son boulot, un curseur de l'émetteur donne le régime du moteur pré-lanceur , la manette des gaz du moteur principal active toute la manoeuvre. Le trou visible sur la base de positionnement au sol laisse de la place au moteur pré-lanceur pour ne pas taper .

P6130365a.jpg



C'est la fameuse base de positionnement, elle est faite en médium de 15 mm, sa longueur est de 120 cm et sa largeur de 80 cm donc facilement logeable dans une voiture. L'ensemble de pré-lancement est fixé solidement , on peut remarquer des cales de positionnement des roues afin que l' axe de transmission ( tube de carbone ) soit parfaitement centré avec la tête de vis six pans creux . Pourquoi une telle base?.. je ne vous cache pas l' intérêt particulier que peut procurer cette base pour une version d' autogire à décollage sauté....à suivre...!

P6130366a.jpg

    L'autogire est dans son cocon, il est bien maintenu, le seul mouvement possible est son déplacement vers l'avant. Les roues arrières et celle de devant ont le même chemin à parcourir pour descendre de la base, l'autogire passe librement au dessus de l'ensemble pré-lanceur.
Maintenant il me reste à tester en conditions réelles et avec les pales le fonctionnement de cette réalisation. Surprise il n' y a plus de parasites comme ceux rencontrés avec le système précédent.
Les pales ne sont toujours pas équilibrées, pour ce faire je vais réaliser un mécanisme d'équilibrage  adapté simple . Il y a encore un petit problème technique qui me ne me satisfait pas. Les rotules des portes- pales sont fixées sur une pièce ( tube carré en alu ) je me suis aperçu que les pales n'avaient pas toutes un anglede calage de 0º , cela provient d'un perçage pas trop rigoureux des trous de fixation des rotules. Une petite erreur d' 2/10 de mm sur une distance de 15 mm ça donne un angle à la pale. Donc ....je vais refaire ces pièces.....j' ai dit qualité suisse..!

IMPORTANT:  La réalisation décrite dans ces deux articles est  personnelle, toute copie,  inspiration et reproduction dans un but commercial sont  strictement interdites, sauf bien sûr accord de ma part.
Dans l'intérêt de tous je vous remercie de votre compréhension.

Voilà pour aujourd'hui....demain est un autre jour.....la pensée philosophique :

Une fois qu'on a donné son opinion, il est logique qu'on ne l'ait plus.....à méditer


Mardi 16 Juin 2009

          La qualité suisse est là, je viens de refaire les trois pièces, le perçage est parfait aucun jeu ne vient perturber le calage des pales.

P6160374a.jpg

La pièce en alu 10x10 mm est pleine , les rotules sont fixées par des vis M3 de longueur 20mm , les trous qui servent à fixer les portes-pales sont taraudés M3.

P6160373a.jpg

     Pour équilibrer les pales j'ai réalisé cette balance, elle est spécialement adaptée au montage des pales avec les portes-pales .La pièce centrale qui contient l'axe de rotation vient de chez Leroy Merlin ( rayon métaux ) Deux manchons en Delrin percés à 6mm sont montés serrés dans le trou de 8mm. Un axe de 6mm, monté serré dans les manchons, traverse le tout et vient se loger dans deux roulements, un de chaque côté. Deux équerres maintiennent le tout, l'ensemble est fixé solidement sur une plaque de médium de 15mm. La chose la plus importante est d' avoir une symétrie parfaite des perçages. Pour ce faire je suis venu en butée sur l'axe de rotation pour le perçage d'un côté et j'ai fait de même pour l' autre. Même principe pour la plaque aluminium pour ajuster la symétrie.
   Sur une balance de précision j'ai pesé les portes-pales, sur les trois, deux ont le même poids, la troisième fait 0.3g de plus.
J'ai donc testé mon engin avec les deux portes-pales d'un poids différent, la balance penche bien du coté le plus lourd. J' ai inversé les portes-pales et là aussi la balance penche du côté le plus lourd. Je crois qu'on peut faire confiance à cette équilibreuse de pales.
  Je dois également revoir le rotor, un ajustement plus précis des angles de battement surtout vers le bas. Le rotor incliné tout en arrière avec un battement vers le bas au maximum ne doit pas toucher l' empennage vertical. Suite à une vérification, le bout de la pale touche de 5 mm. La correction est nécessaire,  une petite marge de sécurité en plus ça ne fait pas de mal.     Comme j'ai reçu mes engrenages en Delrin ( Conrad.de ) je vais également changer celui du rotor qui lui a des heures de vol puisqu' il vient d'une voiture RC que j'ai cannibalisée

Voilà pour aujourd' hui.....demain est un autre jour......la pensée philosophique :

S'il y a une médecine du travail... c'est bien que le travail est une maladie......à méditer

@ plus..


Jeudi 18 Juin 2009

P6180386a.jpg  Quel  est l' homme politique ?.........

     Je viens de faire la finition du moyeu, l'angle de battement des rotules est parfait maintenant. Les pales ont une liberté de déplacement de 15º vers le haut et 10º vers le bas. Le rotor incliné tout en arrière, les pales passent maintenant 1 cm au dessus de d' empennage vertical, il n'y donc plus de risque de choc. Pour arriver à ce résultat il a fallu usiner des petites pièces en laiton.

P6180376a.jpg

P6180378a.jpg  

Les entretoises en laiton sont de petites dimensions, sur l' image du haut elles ont une épaisseur de 1.1mm et celle du bas 1.5mm, Toutes ces petites pièces ont un diamètre de 6mm percé à 3 et ont une conicité pour aboutir à un diamètre de 5mm . De cette façon les rotules ont une mobilité parfaite et sont bloquées dans la limite des angles de battement, elles prennent appui sur le moyeu en haut et en bas. C'est presque de l' horlogerie.!!! cela demande de la patience car il en faut 12 au total.

Voilà le moyeu complet avec les portes pales...ça a de la gueule !

P6180380a.jpg

P6180381a.jpg

Il n' y a pas, jusqu' à présent, de photo qui montre la fixation de l'engrenage 60 dents module 1, c' est chose faite.

P6180383a.jpg

J 'ai choisi un fond bleu pour que l'autogire BR01 s' habitue à la couleur du ciel, espace où il est destiné à évoluer. Sous cet angle on voit bien les entretoises en laiton.

  Voilà à présent toute la mécanique de l'autogire terminée, plus rien ne vient se rajouter, il ne reste plus qu'à vérifier toutes les vis et sécuriser les écrous par du frein filet bleu.
  Une opération reste à faire, suspendre la bête par l'axe du rotor et faire tourner le moteur principal. L' ajustement en latéral du moteur doit être fait de telle sorte qu 'en pleine puissance du moteur l' autogire ne dévie pas de son axe de déplacement, droit en avant. Il ne doit pas aller ni à droite ni à gauche, il faudra procéder par tâtonnement en déplaçant le moteur latéralement dans le sens du mouvement.

   Vous allez me dire et les pales ? Ces dernières seront faites dès que j'en aurai la possibilité ou plus exactement quand j'en aurai le temps.
  L'angle de dièdre que j'avais mesuré se trouve entre 4º et 5º, cette valeur est un peu trop juste, une valeur de 2º à 3º serait plus souhaitable. Cela entraîne un lestage des pales, en simple, il faudra ajouter en bout de pales une masse de quelques grammes .La force centrifuge de cette masse va tirer les pales et ainsi l' angle de dièdre va diminuer. Nous savons que la force centrifuge est proportionnelle au carré de la vitesse, c'est pour cette raison que le lest est placé en bout de pale, là ou la vitesse est la plus grande. Une petite masse en extrémité de pale influe autant qu'une grande masse près du moyeu, notre problème est le poids total de l'autogire....alors je pense que tout est clair.?
  On peut commencer par un lest de 10 g, il faudra alors déterminer à nouveau le centre de gravité de la pale avec son porte pale, peser le tout avec une balance de précision et recalculer la force centrifuge. Pour les calculs on conserve la vitesse de rotation de 600 tr/min,... alors à vos balance et calculette. Pour finir il faut équilibrer tout ce petit monde, la balance équilibreuse réalisée précédemment va être très utile, on peut jouer avec la masse du lest. Nous disposons de trois pales, on choisira la plus lourde comme référence, les deux autres seront équilibrées par rapport à elle. Quand tout ceci est fait il faut vernir les pales, cela leur donne plus de rigidité, le montage sur l'autogire peut à présent se faire.

Voilà pour aujourd' hui....demain est un autre jour....la pensée philosophique :

Ranger c'est un peu foutre le bordel dans son désordre.....à méditer.     @Plus.


Samedi 20 Juin 2009

   Je viens d 'ajuster le positionnement du moteur principal de telle sorte que l'autogire ne dévie pas de sa trajectoire. La manette des gaz à fond, l' autogire suspendu par l' axe du moyeu va tout droit, il n' a aucune tendance à dévier soit à droite soit à gauche, le réglage est parfait. Avant d' effectuer ce réglage j'ai changé la pièce qui contient la rotule d' inclinaison du rotor. Suite à la modification du système de pré-lancement cette partie souffrait un peu. La pièce avait tendance à bouger en rotation malgré la vis de blocage qui elle, par les vibrations, avait la fâcheuse habitude de se desserrer. Cette situation était intolérable il fallait y remédier, c'est donc chose faite.

P6200393a.jpg

La pièce est en Delrin, ce qu'elle a de plus que la précédente c'est le carré 13x13 qui vient se loger très exactement à l'intérieur du profilé 15x15 du mât, de cette façon ça ne peut plus bouger en rotation. La partie cylindrique est plus longue de telle sorte qu' une vis M3 puisse traverser de part en part afin de maintenir le tout dans le sens axial. La vis M4 qui maintient la rotule  est plus courte, sa tête cylindrique six pans creux se trouve à droite  du trou taraudé M3.

   A part les pales voilà la mécanique de notre Autogire BR01 terminée, du 15 Mars au 20 Juin, cela fait 3 mois de construction.  Il y a eu de nombreuses modifications ce qui est tout à fait normal pour un prototype, les améliorations se font souvent en cours de réalisation. La plus grande modification a été le système de pré-lancement, j' ai choisi le système au sol, mais la première version est tout aussi valable.
 A ce stade je suis satisfait de  l' évolution de cette construction, voici donc les caratéristiques du BR01.

Autogire BR01

  Dimensions :           Longueur : 121 cm    Largeur : 72 cm    Hauteur : 82 cm    
                                Diamètre du rotor :  194 cm

  Poids total  :            3.670 g avec 8 lipos 3200mA

  Nombre de pales :  3  Aerobalsa profil  SG6042  37 pouces,
                                  articulées en battement 15º vers le haut et 10º vers le bas.
                                  Angle de calage 0º par rapport à l'intrados

  Portes pales:          3   Articulés par rotules Unibal 3mm

  Chassis:                 Profilé aluminium anodisé 15x15x1  et tube carbone de 6 mm
                                 Mât principal incidence de 7º vers l'arrière
                                 3 roues de 110mm ,  roue avant directrice,  commande 1 servo

  Empennage :          Horizontal et vertical Dépron  multicouche  3+6+3,  commande 1 servo

  Rotor :                     Rotule Unibal 4mm 
                                  Roulis 10º ( gauche et droite )     Tangage 10º  ( avant et arrière ) 
                                  Commande mode Delta 2 servos.

  Centrage                 Mât à la verticale ou fuselage piqueur 7º

  Hélice                      APC-E   16x10 ou 17x10

  Moteur                     Principal   AXI  4130/20   alimenté 8 Lipos Graupner 3200mA
                                  Pré-lancement   AXI  2820/12   alimenté accu plomb 12 V
                                  Démultiplication18.75 

  Contrôleurs             Moteur principal         Jeti Hacker Master 77- O -- Flight
                                  Moteur pré-lanceur    Jeti Hacker Masterspin 44  BEC

  Régulateur               5V 2A 

  Servos                     4   RS600  Robbe       1   Multiplex profiMC ( pré-lanceur )


  Reste à réaliser       Lestage des pales pour un angle de dièdre de 3º- 4º maximum
                                   Equilibrage des pales.

  Pré-lancement         Base au sol automatique   Pré-lancement Rotor   600tr/min

  
      Voilà pour aujourd' hui... ainsi que pour les prochains jours......comme à la télé, les programmes changent pendant la période estivale. Cela me concerne aussi, il est temps que je prenne des vacances, à partir de la semaine prochaine il y aura une pause dans la construction du BR01. En effet, je vais passer plusieurs mois en Ardèche où là, le travail m'attend aussi. Je ne serai pas de retour avant au moins mi -septembre, il va donc falloir patienter..
     Mon blog est visité chaque jour, depuis le 15 Mars, il totalise plus 1800 visites différentes et 2600 pages lues. Je suis très flatté de l'intérêt que vous portez à cette construction. 

A tous je vous souhaite bonnes vacances , je vous dis à bientôt.    Richard 68 ...  @ Plus

 Ich werde nun bis mindestens Mitte September abwesend sein - also schoene Sommer ferien an Alle und bis bald !
 I will be on holidays until mid of September - have a nice summer !

 Un grand coucou au maître incontesté de l' autogire....Mr Jean Cousin  ( Google..." scale autogiro" )


Dimanche 5 Septembre 2009

    Je suis de retour d' Ardèche, 2 mois d' absence c'est long, loin de mon atelier. 
   J'avais l' intention de couler une dalle pour un garage mais la canicule a fait obstacle à ce chantier. Deux mois avec une température moyenne de 35º à l'ombre et des pointes à 40º, ce n'est pas l'idéal pour faire du béton. Durant ces deux mois il n' a plu que 3 heures....un seul orage. Certains me diront, avec 35º à l'ombre, personne ne m' oblige à rester à l'ombre !!!!. Ce n'est donc que partie remise, en Octobre je vais m'absenter à nouveau et  couler cette dalle, les coffrages sont prêts.
  Je pense que pour la plupart d'entre vous, les vacances sont déjà un lointain souvenir. Il ne me reste qu'à vous souhaiter une bonne reprise au travail et pour le moral on peut se dire qu'on est plus près des prochaines vacances qu'un mois auparavant. Bon courage à tous.

    Lundi à la première heure je serai actif dans mon atelier, la construction de l'autogire continue.

@ Plus.


Mardi 8 Septembre 2009


    Comme promis je me suis mis au travail, les pales sont restées en plan, il faut à présent les équilibrer au mieux.
   Qu' entend on par équilibrage ? la réponse est simple, les trois pales doivent avoir le même poids au 1/10 de gramme et en plus, les centres de gravité de chaque pale doivent absolument être à la même distance de l'axe de rotation du rotor.

   L'angle de dièdre je le trouve un peu trop juste, c'est à dire trop grand, pour le diminuer à une valeur de 2 à 3º il est impératif de rajouter un lest en bout de pale. Un lest de 15g devrait faire l' affaire si mes calculs sont justes.
   Je me suis procuré des lests en métal chez un monteur de pneus ,10 masselottes  de 5g.  A l'aide de la fraiseuse j'ai fait des évidements pouvant contenir ces masselottes , strictement au même endroit sur chaque pale.

P6250395a.jpg

L'emplacement de l'évidement doit se trouver sur l'axe longitudinal du centre de gravité, la profondeur a été calculée pour que les masselottes soient centrées symétriques dans la masse de la pale. Un collage à l'Araldit rapide doit maintenir ces lests.

P6250397a.jpg

P6270399a.jpg

Cette opération est à reproduire sur chaque pale, une fois la colle sèche il faut la poncer de sorte à épouser le profil de la pale. Ces opérations sont minutieuses et prennent du temps surtout à cause du séchage de la colle époxy.

   Voilà pour les lests, dans les prochains jours on va s'occuper du centre de gravité et du poids de chaque pale.

N'oublions pas la pensée philosophique:  Quand on naît salade, l'huile et le vinaigre vous tombent du ciel.........à méditer

@ Plus.

Jeudi 10 Septembre 2009

    Les masselottes sont en place, la colle est sèche, le ponçage est effectué, maintenant nous allons nous occuper du centre de gravité. Pour ce faire on va serrer dans un étau une lame de scie à métaux, on va poser la pale avec son porte pale monté sur la lame et chercher le point d'équilibre.C'est toujours minutieux, il faut éviter les courants d'air, mais on y arrive par tâtonnement .Quand la pale est en équilibre horizontal, on marque le balsa d'un trait de crayon au point d'équilibre de sorte à pouvoir comparer les deux autres. On effectue la même opération pour les deux autres pales. Pour pouvoir comparer le centre de gravité de chaque pale il faut poser une pale sur la table de travail et venir en butée avec les deux rotules du porte pale, sur un bout de cornière alu fixé préalablement sur la table. Il suffit ensuite de reporter le trait au crayon de la pale sur la table. En posant de la même façon les deux autres pales les traits doivent correspondre....ce qui n'est pas toujours le cas.
    Voici les mesures effectuées selon cette méthode, la valeur mesurée est la distance du CG au point d'appui des rotules à la butée.

     Pale Nº 1    371mm      Pale Nº 2  371mm      Pale Nº 3   368mm

 Le centre de gravité de la pale Nº 3 ne correspond pas aux deux autres pales, on va tracer un trait sur cette pale à 371mm et la positionner à nouveau sur notre lame de scie, sur le trait que l'on vient de faire. Pour la mettre en équilibre horizontal il faut rajouter un lest du coté de la pale qui se dirige vers le haut. Pour ce faire j'ai coupé dans une tige filetée de 4 mm un bout de 18mm de longueur. En positionnant cette petite pièce sur la pale on arrive à l'équilibre horizontal, au crayon on marque cette position.
 Comme auparavant il faudra creuser le balsa et coller dans l'évidement le bout de tige filetée.

Cette opération faite, avec une balance de précision à 0.1g on pèse chaque pale.(toujours avec le porte pale monté)

    Pale Nº 1  138.1g           Pale Nº 2.    138.2g      Pale Nº 3    140.0 g

La pale Nº 3 est plus lourde que les deux autres ce qui est tout à fait normal du fait d'un rajout de lest. Maintenant il va falloir rajouter du poids aux deux autres, de façon à obtenir un poids identique. Important, on va découper deux bouts de tige filetée de 4mm d'un poids de 1.9g pour l'un et de 1.8g pour le second et les coller au centre de gravité de la pale dans un évidement. Même en tenant compte du poids de la colle on y arrive sans problème.

P7070406a.jpg

Le trait tracé au crayon indique le point d'équilibre horizontal de la pale, le CG se trouve sur cette droite

De la même façon qu' auparavant il faut poncer la colle. Les trois pales ont maintenant un poids identique. Voici les mesures.

Pale Nº 1    139.9g    CG= 371mm
Pale Nº 2    139.9g    CG= 371mm
Pale Nº 3    140.0g    CG= 371mm

La distance exacte du CG des pales à l'axe de rotation du rotor est de :   378 mm

Les pales sont équilibrées, important,  le porte pale et la pale forment un couple alors attention en cas de démontage, le plus simple est de les marquer.
Dans les prochains jours je vais vernir les pales et en dernier lieu vérifier l'équilibre définitif avec la balance que j'ai réalisée.

La pensée philosophique :  La seule façon d'être suivi, c'est de courir plus vite que les autres.......à méditer.

@ Plus.

Lundi 14 Septembre 2009
 
        Je viens de terminer les pales, 3 couches de vernis ( Leroy-Merlin, mat, incolor ), du ponçage, tout est OK. Il me reste juste à vérifier le tout avec ma balance d'équilibrage de pale.
        L'autogire est presque fini, il manque juste un pilote pour son premier vol. Pourquoi ne pas placer dans le siège un membre de la famille ? Vous allez  me dire .....il est temps que cette construction se termine, le Mec dans sa tête il n' a plus l'éclairage à tous les étages.....pourtant si....je vous explique.
       J' ai photographié un de mes fils dans la position d'un pilote d'autogire ....et alors ? ..sur un logiciel photo j'ai reproduit la même photo en symétrie horizontale. Me voilà donc avec deux photos identiques et symétriques que j'ai faites développer dans un format 30x40.
P9140413a.jpg

Par la suite j'ai découpé les contours des deux photos et j'ai collé le tout sur une plaque de Dépron de 12mm ( 2x6mm ) Le résultat est criant de réalité.
P9140415a.jpg

Il y a encore des finitions à effectuer ainsi que le placement sur l' aéronef. Des deux côtés de l'autogire on voit la même image du pilote.En taille réelle, la photo du pilote est super, sur cette photo de la photo des reflets nuisent à la qualité.
 Dans les prochains jours je vais effectuer le montage et faire quelques photos du tout monté ( pales et pilote )

Les pensées philosophiques:   Un accusé est cuit quand son avocat n'est pas cru......à méditer.
                                             Les gens les plus constipés sont souvent les plus chiants....à méditer.
                                             On n'a jamais vu un aveugle dans un camp de nudistes.......à méditer.
@ Plus.   


Jeudi 17 Septembre 2009 

        Depuis deux jours le temps ne permet pas de faire des photos de l'autogire en extérieur, il faudra donc patienter un peu.
       Si on se reporte aux calculs du 14 Juin on va pouvoir actualiser les résultats, en effet de nombreuses modifications ont été faites depuis  ( lest des pales, vernis, pilote,.renforts, accu supplémentaire....), voici donc les dernières données.

       Centre de Gravité des pales          0.378 m
       Poids total de l'autogire                 3.830 Kg
       Poids d'une pale + porte pale       144.5g

A une vitesse de rotation du rotor de 600 tr/mn nous obtenons les résultats suivants :
     
       Vitesse du CG des pales         23.75m/s
       Force centrifuge d'une pale     215.63 N
       Angle de dièdre                        3º25' 

Alimentation Moteur    Axi 4130/20      8 Lipos 3200mA

      Tension mesurée : 26 V    Ampérage : 41.2 A   Poussée :  4.5Kg   Hélice APC-E 17x10
      Puissance consommée :  1071.2W   Rendement moteur maxi :  85.7%
      Puissance de l' hélice :  918 W  soit  1.24 CV à  6570 tr/mn
      A pleine puissance les accus Lipo autorisent :  4.7 min de vol 

Voilà pour aujourd' hui, demain est un autre jour..........les pensées philosophiques :

Le chemin le plus court d'un point à un autre.... c' est de ne pas y aller......à méditer
Plus on prête attention aux coïncidences, plus elles se produisent.....à méditer.

@ Plus.

Lundi 21 Septembre 2009

       Le temps n'est pas idéal mais j'ai tout de même fait quelques photos de l'Autogire. Avant de monter les pales j'ai vérifié une dernière fois le poids et le centre de gravité de chacune, c'est parfait, voici donc les photos.
00499a.jpg

00500a.jpg

  L'autogire est sur sa base de pré-lancement, le rotor est embrayé, il suffit de fournir du courant au moteur pour que les pales se mettent en mouvement, cette opération se fait via la télécommande. Dès que l'on donne du gaz au moteur principal le rotor est débrayé automatiquement, il tourne maintenant librement, l'autogire et prêt à prendre son envol.

00501a.jpg

00502a.jpg

00503a.jpg

  Voici le BR01 sans sa base, avec un empennage peint je pense qu'il sera plus agréable à regarder.....de la couleur svp !! Pour protéger le pilote j'ai réalisé un renfort en carbone et du même coup ça matérialise la cabine de pilotage.

   Voilà, l'autogire est terminé, depuis le 15 Mars l'accouchement à pris du temps, mais tout s'est bien passé, le bébé est en pleine forme, maintenant la seule chose qu'on lui demandera c'est de voler. L'autogire a été réalisé selon les spécifications techniques que j'ai glanées à droite est à gauche mais surtout chez Monsieur Autogire RC, Jean Cousin, grâce à son site
( Google ...."scale autogiro" ) ....je ne peux que vous conseiller de le visiter.
    Certaines personnes m' ont demandé une vidéo de l'autogire, je pense pouvoir les satisfaire bientôt, un projet d'achat d'une caméra vidéo est à l'étude. Mais avant tout il faut que je sois honnête avec vous tous qui me suivez depuis plus de 7 mois, je n'ai aucune expérience de pilotage d'un quelconque aéronef RC.....Le seul que j'ai fait voler c'est quand j'étais gamin , on mettait le moteur en route et on lançait l'avion, il montait et montait et quand le carburant manquait il planait, avec nos vélos on suivait l'avion  pour le récupérer. Depuis la technologie a énormément changé, de nos jours les télécommandes sont de vrais ordinateurs. Je n'ai jamais cessé le modélisme, les bateaux mais surtout les voitures thermiques 1/5 qui me passionnent toujours encore. Je vous demanderai donc un peu de patience, le temps que je me fasse la main avec mon simulateur de vol Phoenix RC avant de  tenter un décollage. Je ne fais partie d'aucun club et il n'est pas facile de trouver un terrain dégagé pour piloter cet engin, je ne perds pas espoir, je vais bien trouver un endroit qui me convienne. Promis, je vous tiens au courant, je vous informerai  du premier vol avec bien sûr une vidéo à l'appui...

      Avant que je ne reparte  à nouveau en Ardèche la semaine prochaine, j'aimerai vous remercier tous de l'intérêt que vous avez porté à cette construction. En effet , je consulte régulièrement les statistiques de mon blog, à l'heure où je vous parle 3882 visites sont comptabilisées...un grand merci à vous tous.

Voià,  aujourd' hui c'est la FIN de cette CONSTRUCTION au fil du temps......n'oublions pas les pensées philosophiques :

Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.....à méditer.

Le bonheur, c'est de continuer à désirer ce que l'on possède......à méditer.

@ Plus.


Samedi 7 Novembre 2009

   Bonjour à tous, je suis de retour d' Ardèche je vais pouvoir enfin m'occuper de l'autogire. L'envie  de le faire voler se fait pressante mais avant tout je dois maîtriser le pilotage de cet aéronef sur le simulateur Phoenix RC.D'un autre coté je dois rechercher un terrain dégagé, ce qui n'est pas une mince affaire, et de plus solliciter les dons de photographe d'un ami. Pour aboutir à tout cela le jour J, le photographe doit être disponible et la météo favorable. Vous voyez les problèmes qui se posent mais j'en viendrais à bout. Comme nous rentrons lentement dans l'hiver il se peut que le premier vol tarde un peu pour certains, tout n'est que patience !!!Je vous demande donc un peu d'indulgence

@ plus


Mardi 24 Novembre 2009

  Avec un total de plus de 20 heures d' entraînement sur le simulateur de vol je peux dire que je maîtrise convenablement le pilotage de l'autogire.....sur le simulateur !!! Je suis bien conscient qu'entre le simulateur et la réalité d'un vol en extérieur il y a un monde. Bon, soyons téméraire, soyons courageux, il va bien falloir faire voler un jour l'autogire en question. Pressé par mon impatience et par les jours qui passent je me suis décidé à effectuer le premier vol. J'ai trouvé une piste à 20 km de mon domicile, c'est une route qui a été aménagée en piste de secours pour un atterrissage de détresse de mirage de l'armée. Cette piste n'est plus utilisée mais est très fréquentée par la jeunesse qui pousse ses voitures et motos à la limite de l'explosion du moteur. Pour faire simple, on peut croiser des véhicules à plus de 200 km/h, rien qu 'avec les courants d'air qu'ils créent on peut s'enrhumer dans la minute qui suit.
  Nous voilà donc partis vers cette piste mon ami Pierrot et moi même pour le premier vol de la bête. Pas de caméra pour le premier vol, ça viendra plus tard, c'est déjà assez stressant comme ça. La piste fait environ 800m de long sur 20m de large mais nous ne pouvons occuper que la moitié de la largeur....à cause des dingues en bagnole et moto. Un vent latéral souffle à 2 h de l'axe de la piste...pas bon du tout car il ne reste pas grand chose de la piste si on veut décoller face au vent. Tant pis, on est là, ce n'est pas le moment de se dégonfler et rebrousser chemin.
  Pierrot m'aide à installer la base de pré-lancement, je monte les pales et vérifie avec l'émetteur que tout fonctionne correctement. J' installe l' autogire sur sa base, mon rythme cardiaque n'est plus le même qu' habituellement...avec la manette de l' émetteur j'actionne lentement le moteur du pré-lanceur, les pales tournent de plus en plus vite, maintenant je dois atteindre les 500 tr/mn du rotor, la manette est en bout de course. Tout fonctionne à merveille, c'est le moment de donner les gaz au moteur principal, la base de pré-lancement fait son boulot et libère l' autogire....jusqu'à présent tout est bon...mais la suite est un peu différente.  L'autogire file rapidement et en un rien de temps j' arrive au bout de la piste à environ 10 m de la base de pré-lancement. Il ne me reste qu'une solution c'est de tirer sur le manche, l' autogire quitte le plancher des vaches mais ne fait pas tout à fait ce que j' attendais de lui. Je m' explique, il prend un angle de montée bien trop grand, décroche et retombe de 2 m de hauteur sur la terre ferme...même pas mal. La roue avant à redresser c'est tout, aucune pale n 'est touchée, un miracle je vous dis. Fier de la robustesse de mon engin, je tente un second décollage. J'ai pensé que j'avais trop tiré sur le manche et peut être trop brutalement.
Au passage je tiens à vous signaler que je suis novice de chez novice dans le pilotage d'un aéronef, je pense que vous l'avez deviné de suite. Second décollage même protocole mais en finesse sur la manche de l'émetteur......même effet...et certainement  même cause. L'autogire quitte à nouveau le sol monte un peu plus haut 4 à 5m et il me fait à nouveau la même pirouette...mais alors en plus gros et en couleur....il décroche à nouveau et tombe lamentablement de toute sa hauteur sur la piste..... Maman BoBo...alors là ce n'est pas..." même pas mal ".... c'est la catastrophe, il a explosé, les 3 pales sont en miettes, les deux servos de commande du rotor sont détruits, le châssis est tordu, la roue avant pend tristement,
l' empennage horizontal est allégé de sa moitié et pour finir en beauté la suspension des roues est en deux pièces. Je n'ai pas de photo à vous montrer mais vous pouvez me croire sur parole.
    Il faut dire que maintenant il prend beaucoup moins de place dans la voiture... c'est une compression de César. J'en vois qui rigolent au fond...attention je prends des noms!!

   Que s'est il bien passé pour en arriver là ? J'avais bien une petite idée mais je devais la vérifier. J' avais raison, au simulateur j'ai reproduit la même chose, j'ai donc fait décoller l' autogire sur une courte distance,  il m'a effectué la même acrobatie et est retombé pareillement. Conclusion de cette exercice, le pré-lanceur a fait tourner les pales à environ 500 tr/mn mais la distance de 10 mètres ainsi que la vitesse n'ont  pas été suffisantes pour entretenir cette rotation. L'inertie du rotor a fait décoller l'autogire, la vitesse de rotation du rotor a chuté, il n'y a plus de portance, la pesanteur a été une nouvelle fois la plus forte!!.

  Voilà la narration de mon premier vol, une grande erreur de débutant qui provoque  la destruction totale de l'autogire. Vous me connaissez assez maintenant pour ne pas douter de la suite de cet événement tragique. Oui je ne lâche rien, je vais le reconstruire ou peut être en construire un moins sophistiqué pour me faire la main. Cela va prendre du temps, ce n'est pas pour l'immédiat car j'ai un autre projet en cours qui n'a rien à voir avec le modélisme.
   Pour les curieux, j'ai commencé la construction d'un ensemble home cinéma, avec caisson de grave, filtre actif......bien sûr la qualité suisse est toujours au rendez vous. Pour les intéressés un article sera bientôt disponible sur mon Blog.

  La pensée philosophique du jour :

 Construire un autogire est une chose....le piloter en est une autre !  .......  à méditer !!!

 @ Plus et à bientôt......   un grand merci aux 8216 visiteurs de mon blog.

http://www.inexfrance.fr/    Voici une adresse d' un passionné d'autogire.... ça vaut le détour.


   
  















Partager cet article

Repost 0
Published by richard-68 - dans modélisme
commenter cet article

commentaires

françois Carré 11/07/2015 09:06

On semble oublier que, entre un rotor d'autogire et un rotor d'éolienne il y a peu de différences, saut que, si le rotor doit s'auto-entrainer, il constitue une aile d'avion dont l'inconvénient majeur est, de même qu'en hélicoptère, que la partie revenant face au vent possède une grande vitesse par rapport au vent tandis que l'autre se dérobe.

De sorte que l'expérimentation semble montrer que le meilleur profil est presque symètrique, avec un maître couple au 1/3 de sa profondeur et son bord avant avec peu d'arrondi, presque en couteau émoussé.

L'angle de calage, au 1/4 de longueur de pale, semble être valable avec 5 à 6°, avec un vrillage d'environ 4°.

L'un comme l'autre ne peuvent être que "négatifs" afin de provoquer l'auto-rotation.

François Carré

richard-68 12/07/2015 08:16

Je vous remercie pour ces informations. Cordialement.

françois Carré 11/07/2015 09:03

On semble oublier que entre un rotor d'autogire et un rotor d'éolienne il y a peu de différences, saut, que si le rotor doit s'auto-entrainer, il constitue une aile d'avion dont l'inconvénient majeur est, de même qu'en hélicoptère, que la partie revenant face au vent possède une grande vitesse par rapport au vent tandis que l'autre se déobe.

De sorte que l'expérimentation semble montrer que le meilleur profil est presque symètrique, avec un maître couple au 1/3 de sa profondeur et son bord avant avec peu d'arrondi, presque en couteau émoussé.

L'angle de calage, au 1/4 de longueur de pale, semble être valable avec 5 à 6°, avec un vrillage d'environ 4°.

L'un comme l'autre ne peuvent être que "négatifs" afin de provoquer l'auto-rotation.

François Carré

avion rc 14/12/2012 08:39

when I designed the 'Micromum' I actually had indoor flying in mind. Now, after the outdoor tests, I still think it's possible to fly it indoors, though not with me as a pilot. InterEx in the
France, where and when?

colin hanks

zanin 30/01/2010 08:10


Re bonjour,
En lisant les commentaires sur votre blog, je crois comprendre que vous avez eu qq. problèmes aux essais...!. Si vous êtes de passage en Champagne (51) venez nous voir se sera avec grand plaisir
que nous vous ferons découvrir les joies d'une ballade en vraie grandeur sur nos machines ..... encore bravo pour votre excellent travail et la passion qui vous anime..


zanin 30/01/2010 07:57


Félicitations pour les commentaires détaillés et la réalisation de votre autogire RC, j'aimerai savoir si aujourd'hui il vole et si vous avez un video ?
J'ai une école de pilotage autogire dans la marne et je songe à faire une maquette réaliste de nos machines, un Ela Cougar tandem et un XENON Côte à côte...


Présentation

  • : Le blog de richard 68
  • : construction d'un caisson de basse Construction d'un Autogire rc Ensemble home cinéma Suspension haut-parleur Thermomètre à affichage géant Chauffage solaire pour piscine Faire des photos en 3D Construction d'une visionneuse 3D pour écran d'ordinateur. Visionneuse 3D à 2 écrans LCD de 7 pouces Faire des photos en 3D Construction d'un garage. Construction d'un vidéo-projecteur. Construction d'un abri à bois. Construction d'un Tricoptère Construction d'une sarbacane
  • Contact

Recherche

Liens